Être empathique est un cadeau merveilleux, mais il a un coût émotionnel énorme

L’empathie est une compétence très importante, ce qui rend spécial celui qui la possède naturellement – bien qu’elle puisse se développer: en fait, elle amplifie les sens, vous permettant d’entrer dans une relation intime avec le monde qui l’entoure, de saisir la réalité des situations et des sentiments, et de construire des relations authentiques. avec le prochain.

Malgré le caractère précieux de ce cadeau, il en rend probablement plus généreux, attentionné et altruiste, mais plus heureux; parce que parfois ressentir les émotions des autres peut être un fardeau insupportable.

Les personnes empathiques sont généralement appréciées des autres, car elles représentent un havre de paix, une écoute et une compréhension. Par conséquent, les gens se sentent naturellement enclins à s’ouvrir avec eux. De cette façon, un fleuve d’émotions, à la fois intenses et positives et négatives, se déverse sur la personne empathique, qui doit être forte et équilibrée pour pouvoir tenir et ne pas souffrir d’un effondrement émotionnel.

En fait, « ressentir » les émotions des autres signifie les essayer comme si elles étaient les leurs; à cela s’ajoute la profonde compréhension des situations que cette capacité entraîne: il en résulte que les personnes souvent empathiques ont tendance à être mélancoliques et tristes. Même s’il peut être optimiste et trouver la force d’être généreux et désintéressé, le mal et la souffrance qui l’entourent absorbent ses énergies.

De plus, c’est précisément leur caractère ouvert et magnanime qui peut les amener à engager des personnes intéressées à les exploiter, à les recevoir sans rien donner.

Une autre conséquence de sa générosité est le fait de se consacrer aux autres, de se mettre en arrière-plan, au point de se sentir parfois perdu et de partir à sa recherche.

Ce martèlement incessant du monde extérieur sur la personne empathique la conduit à construire donc une barrière de défense: ne pas fermer derrière elle, mais protéger une petite partie intime d’elle-même contre les besoins des autres et contre sa propre tendance à se donner.

Pour rester en équilibre et ne pas céder à son côté obscur, l’empathie doit donc, d’une part, essayer de distinguer les personnes qui ne veulent que profiter de lui; et de l’autre, apprendre à abaisser ce mur de défense, à exprimer ses sentiments et à demander de l’aide si nécessaire.

Articles similaires

loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *