Les grands-parents qui s’occupent de leurs petits-enfants ont tendance à vivre plus longtemps

Les grands-parents qui aident parfois à s’occuper des enfants ont tendance à vivre plus longtemps, selon une étude de Berlin, en Allemagne.

La garde à temps plein des petits-enfants peut avoir un effet négatif sur la santé, mais l’aide occasionnelle peut être bénéfique pour les aînés, affirment les chercheurs dans la revue Evolution and Human Behavior.

« Ne pas avoir de contact avec les petits-enfants peut avoir un impact négatif sur la santé des grands-parents », a déclaré Sonja Hilbrand, étudiante au doctorat au Département de psychologie de l’Université de Bâle en Suisse.

«Ce lien pourrait être un mécanisme profondément enraciné dans notre passé évolutif lorsque l’aide à la garde des enfants était cruciale pour la survie de l’espèce humaine», a déclaré Hilbrand à Reuters Health.

Les résultats sont tirés de données sur plus de 500 personnes âgées de plus de 70 ans dans l’étude sur le vieillissement de Berlin.

Les participants ont complété des entrevues et des examens médicaux tous les deux ans entre 1990 et 2009.
Les chercheurs n’incluaient pas les grands-parents qui s’occupent à temps plein de leurs petits-enfants, seulement ceux qui s’occupaient des petits-enfants de temps en temps.

L’équipe d’étude a comparé ce groupe avec les aînés qui ont fourni un soutien aux personnes qui ne sont pas membres de la famille, comme les amis ou les voisins, et les aînés qui n’ont pas pris soin d’autres personnes.

Dans l’ensemble, compte tenu de l’âge des grands-parents et de l’état général de santé, le risque de mourir sur une période de 20 ans était inférieure d’un tiers chez les grands-parents qui s’occupaient de leurs petits-enfants, comparativement aux grands-parents n’ayant pas de garde d’enfants.

La moitié des grands-parents qui s’occupaient de leurs petits-enfants vivaient encore dix ans après l’entrevue initiale. Il en était de même pour les participants qui n’avaient pas de petits-enfants, mais qui aidaient leurs enfants adultes de quelque façon que ce soit, par exemple en aidant au ménage.

En revanche, environ la moitié des participants qui n’ont pas aidé les autres sont décédés dans les cinq ans suivant le début de l’étude.

Articles similaires

loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *