L’histoire de Luca, père célibataire qui a adopté Alba : rejetée par 7 familles parce qu’elle est trisomique

Nous voulons tout ce qu’il y a de mieux pour nos enfants, nous souhaitons qu’ils soient meilleurs que nous…. Mais le handicap vient briser les schémas et les perspectives d’avenir ; l’acceptation d’un enfant handicapé est toujours précédée d’une période de crise. Pas pour Luca Trapanese. Luca est convaincu depuis longtemps qu’il veut adopter un enfant handicapé. Seul. Il a réussi et aujourd’hui, avec sa petite Alba à ses côtés, c’est un père heureux, un modèle pour tous ceux qui, comme lui, ont décidé de considérer le handicap comme une chance.

Luca est devenu père à part entière quand il a pris Alba dans ses bras pour la première fois : elle n’avait que 7 jours et avait déjà fait face au rejet de 7 familles, peut-être trop peu préparés pour accueillir un enfant avec le syndrome de Down. Alba est douce, belle, avec des yeux bleus et des cheveux très blonds.

Luca avait compris depuis longtemps qu’il voulait un enfant handicapé. Ce n’était pas un caprice, ni pour se démarquer des autres ou pour avoir des compliments. Tout a commencé il y a longtemps, après des années passées dans le social, d’abord pour la fondation de l’association « A Ruota Libera » – qui s’occupe des enfants en bas âge -, puis du « Borgo Sociale » et enfin de la « Casa di Matteo », ouverte aux enfants gravement malades. « Depuis l’âge de 14 ans, je fais du bénévolat et je travaille avec des personnes handicapées, alors je pensais avoir les bons outils pour le faire.  »

L’idée d’avoir un enfant est née lorsqu’il était avec son partenaire, avec qui il n’a plus de relation. Ensuite, la décision d’adopter un enfant seul, s’est faite par le biais d’une inscription au registre spécial qui permet également aux célibataires d’adopter des enfants avec des besoins particuliers. « Un enfant handicapé n’est pas une opportunité de seconde classe, mais un choix conscient par rapport à ma vocation et mes capacités. »


Luca a passé sa première nuit seul à la maison avec Alba. Il était temps de « se consacrer » à la famille et demander de l’aide aux amis ou aux proches aurait déclenchait toute une série de demandes d’aide inutiles. Au premier bain, tout le monde était là. Quand on lui demande si une mère ne manquera pas à Alba, Luca répond : « Je pense qu’Alba sera une petite fille heureuse, tout comme je le suis avec elle ».

Il y a aussi la tata Luisa et deux grands-mères qui s’occupent aussi d’elle. Deux ? Oui, parce que Luca a récemment accepté d’être adopté par une mère qui a un enfant handicapé : la femme voulait qu’un jour, Luca s’occupe du garçon. Donc, Luca a aussi un frère et une mère en plus.

Luca dit aussi qu’aujourd’hui les personnes atteintes de Down vivent très différemment d’il y a quelques décennies : aujourd’hui elles ne sont plus des « trisomiques », mais elles travaillent, elles vivent aussi en dehors de la maison familiale, elles travaillent dans la sphère sociale, elles rendent beaucoup de familles heureuses… Tout comme Alba le fait déjà.

L’histoire de Luca nous apprend beaucoup de choses et quelque chose qui n’est pas strictement lié au fait d’avoir un enfant handicapé : il s’agit d’accepter le handicap, d’enlever cet enduit qui le rend différent, peu utile, méprisable et de redécouvrir son caractère précieux. Comme Luca le dit lui-même, les enfants handicapés finissent toujours par être les plus aimés de la famille.

Articles similaires

loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *