Voila ce que fait le harcèlement – Le message douloureux d’une mère fatiguée de voir sa fille à l’hôpital.

L’histoire de la petite Sofia nous rappelle combien il est dangereux de limiter le harcèlement à des « choses classiques entre enfants ». Sa mère, Carrie Golledge, a affiché un message sur Facebook pour prévenir tous ceux qui ont affaire au harcèlement de le prendre au sérieux. Ce qu’elle et sa fille ont vécu, ce sont des mois de violence physique et verbale, minimisée et ignorée, jusqu’à ce que le corps de cette petite fille se retrouve étendu sur la civière d’unhôpital, sans force, sans espoir.

Sophia avait une amie, celle qu’elle considérait comme sa meilleure amie. Pour une raison quelconque, la petite fille a commencé à éprouver une certaine satisfaction à contrôler Sofia, à décider des émotions qu’elle devait ressentir : elle en est venue à contrôler ce que Sofia devait manger et quand.

Ce n’est pas un cas isolé, une succession de coïncidences tragiques nées de la rencontre entre un caractère faible et un autre plus fort : ce sont des événements qui arrivent plus souvent qu’on ne l’imagine.

Sofia a commencé à avoir des épisodes de vomissements, des crises de pleurs et des crises de panique qui ont immédiatement éveillé les soupçons de ses parents. Au début, on pensait que c’était une maladie qui causait toutes ces difficultés, mais un jour Sofia raconta tout à ses parents : pendant des mois, elle avait vécu un calvaire, à tel point qu’elle ne pouvait plus distinguer ce qui était juste et normal de ce qui était mal. Elle a aussi dit qu’elle avait déjà signalé plusieurs fois aux professeurs ce qu’elle vivait, mais qu’ils lui répondaient « Ignore ceux qui te dérangent et joue avec d’autres camarades de classe ».

Même lorsque la mère de Sofia est allée à l’école en personne, on lui a dit : « Madame, ce sont des choses normales qui arrivent aux enfants. « C’est alors que la femme a décidé de publier la photo de sa fille à l’hôpital, et de se déchaîner, nous espérons que le message est arrivé à ceux qui voulaient tout minimiser.

Voila ce que fait le harcèlement
C’est ma fille de 6 ans, sur un lit d’hôpital à cause du harcèlement qu’elle a subi.
C’est ma fille, au si grand cœur qui ne veut pas que quelqu’un soit puni.
C’est ma fille, qui ne mange plus, qui pleure pendant qu’elle dort et qui a des crises d’anxiété qui la conduisent à vomir jusqu’à 20 fois par heure.
C’est ma fille, dont la « meilleure amie » la maltraite depuis si longtemps et qui a fini par penser que c’était normal.
C’est ma fille qui est allée à l’hôpital d’innombrables fois à cause de son anxiété.
C’est ma fille, qui a été réprimandée pour avoir « répandu des mensonges à l’école ».
C’est ma fille, qui a été ridiculisée sur les réseaux sociaux par d’autres parents parce qu’elle était trop bonne.
C’est ma fille, dont l’école dit : « Ce sont des choses classiques chez les enfants de six ans ».
C’est ma fille, qui a dû abandonner l’école et aller dans une autre école.
C’est ma fille, et c’est juste un des nombreux enfants qui vivent tout cela.
C’est ma fille, dont l’histoire a été manipulée par ceux qui étaient censés la protéger quand elle était à l’école.
C’est ma fille, qui ne veut pas que d’autres enfants vivent ce qu’elle a vécu.

C’est pourquoi nous partageons son histoire, parce que l’histoire de ma fille est celle de beaucoup d’autres enfants…. trop d’enfants !

Racontez-nous votre histoire ; nous vous aiderons à obtenir le soutien que votre école devrait vous apporter.

Maintenant, Sophie va mieux ; elle a changé d’école et sa mère dit qu’elle a déjà de nouveaux amis. Malheureusement, son histoire n’est pas un cas unique : le harcèlement est un problème qui, à notre connaissance, ne trouve toujours pas de solution. Ne sous-estimez jamais un enfant qui se plaint d’être embêté par un autre camarade. Ne minimisez jamais le harcèlement, mais ayez toujours une oreille prête à écouter!

Articles similaires

loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *